Du mouvement dans les espaces de travail en 2018 !

Les bureaux et espaces de travail ouverts se réinventent d’année en année. Lorsque l’on regarde l’industrie des meubles de bureau, on voit clairement six grandes tendances à suivre de près en 2018 :

1. L’espace de travail est fait de frontières floues

En raison de l’évolution de nos façons de travailler, de nos expériences et de l’influence de la culture « start-up », les lignes séparant les mondes du travail, de la vie personnelle et du jeu continuent à s’estomper.

Certains leaders veulent offrir de réels espaces de relaxation  ou de collaboration à leurs employés en mettant en place des comptoirs de cafés spécialisés, des tipis ou encore une table de Ping-Pong en plein centre de la cafétéria comme ici :

McLean-Hallmark-23_lowres.jpg#asset:26281

2. Les espaces sont définis par les actions de l’individu plutôt que par leurs fonctions dans l’entreprise.

L’aménagement de l’espace de travail doit être aussi fluide que les équipes elles-mêmes. Ce modèle cultive un environnement non hiérarchique, dynamique, composé de mouvements continus, d’interactions substantielles, d’effort de création de groupe et d’innovations.

Il semble que ce modèle en transformation rejoint de façon juste les attentes des milléniaux relativement aux dynamiques de leurs environnements de travail. D’ailleurs, on estime qu’en 2020 les milléniaux seront plus nombreux que les boomers sur le marché du travail.

D’autres facteurs exercent une pression sur l’assignation de bureaux personnels, notamment le coût de l’immobilier, le télétravail et la collaboration de plus en plus importante avec des pigistes.

Cette tendance crée des bureaux ouverts ne ressemblant en rien à ce qu’on avait l’habitude de voir, comme sur cette réalisation où les balançoires côtoient le mobilier Artopex.

IMG_2257.JPG#asset:26133

3. Les aires « sociales » sont en croissance

Selon certaines études, la majorité des employés de bureau passerait seulement 40 % de leur temps à leur poste de travail. Le reste de la journée serait consacré à des rencontres, des moments de collaboration, etc. Ces espaces informels visent également à séduire les nouveaux employés et à favoriser la rétention.

Les sièges sociaux de plusieurs grandes entreprises comme Facebook et Google ont été entièrement redessiné dans ce sens. Cela entraîne d’autres dirigeants à revoir leurs environnements de travail afin de conserver ou de gagner leur leadership.

4. La technologie continuera d’influencer nos façons de travailler et l’aménagement spatial

Tous les domaines d’activités sont influencés par des gains importants au niveau de la productivité et de la collaboration qu’offre l’intégration de la technologie dans les espaces de travail. La révolution de l’intelligence artificielle est à nos portes. On retrouve déjà des écrans intégrés dans toutes les salles de réunion et de détente. 

Surtout, on voit l’émergence de programmes intelligents liés à nos postures et nos mouvements. Grâce à ces outils, comme le bracelet « Fit-bit », on peut savoir directement à quel moment nous devons changer de position et nous mettre en mouvement. Ces technologies, combinées avec les mobiliers assis-debout et les tables ajustables, amènent une toute nouvelle façon de penser les espaces de travail.

5. Les clients continueront de vouloir personnaliser leur mobilier

Le mobilier de bureau s’inspire de plus en plus de designs résidentiels, les aires « sociales » se multiplient et le partage de photos sur les médias sociaux ont une influence grandissante. Tout cela incite les architectes et les designers, ainsi que les « end-users » à personnaliser leurs espaces de travail.

Cette tendance amène la création de bureaux personnalisés et originaux, comme ici avec cette table partagée créée sur mesure pour les bureaux de la firme EDP :

IMG_0105_Lowres.png#asset:26282

6. L’émergence des bureaux virtuels (à la maison) et le recours à la collaboration avec des pigistes est en progression.

La tendance des bureaux virtuels n’est pas prête de s’essouffler. L’augmentation du nombre de personnes désirant travailler en partie « remote » ou à contrat (à la pige) est en augmentation et on voit que les entreprises auront de plus en plus recours à ces experts pour compléter leurs équipes, notamment en raison de la problématique de recrutement et du coût de l’immobilier.